CHRISTIAN DIOR

Publié le 1 mars 2007, 10:29

Né en 1905 à Granville, Christian Dior grandit dans une ambiance très Belle-Époque. A son arrivée à Paris qu’en 1941, il entre chez Lucien Lelong, une des plus grandes maisons de couture parisienne.

  • Sommaire

Quatre ans plus tard, il fait la connaissance de Marcel Boussac qui croit immédiatement en son talent. Il investit 60 millions de francs et lui accorde tout : une maison à son nom, au 30, avenue Montaigne.

Février 1947, Christian Dior crée une véritable révolution dès son premier défilé : une nouvelle femme est née. Taille très marquée, poitrine haute, épaules étroites, jupes évasées...

Carmel Snow, rédactrice en chef du Harper’s Bazaar, en voyant les nouveaux modèles de Dior eut ce mot : « Dear Christian, your dresses have such a New Look ! ». Christian Dior est lancé.

Une gloire dont le maître ne profitera que peu de temps puisqu’il meurt brutalement en Italie en 1957.
Se succèderont alors le jeune Yves Saint Laurent, puis Marc Bohan et Gianfranco Ferre. Mais l’arrivée à la tête de la prestigieuse maison de Bernard Arnault va changer la donne.

En 1996, John Galliano, alors connu seulement par le microcosme de la mode, entre par la grande porte chez Christian Dior et va dès lors assurer une transition révolutionnaire rendant à la vieille endormie un lustre que n’aurait pas renié son créateur.

Présidée par Sidney Toledano, la maison propose des collections qui se renouvellent sans cesse à un rythme effréné, face à une clientèle ravie qui ne sait où donner de la tête entre les activités de haute couture, de prêt-à-porter, de parfumerie, de joaillerie, de maroquinerie, d’horlogerie et de cosmétique.

 

Mr Porter UK

The Essentials at MR PORTER

The Essentials at MR PORTER