tayama

DEFILE ATSURO TAYAMA - PRINTEMPS ETE 2008

Publié le 1 octobre 2007, 15:00

Si les sensations d'hier furent Balmain et Rick Owens, et si LuxeMode avait choisi de suivre le défilé de Lie Sang Bong dont vous aurez bientôt un retour, le nom qui courait sur toutes les lèvres ce matin était bien celui de Christian Dior.

  • Sommaire

tayama



Si les sensations d'hier furent Balmain et Rick Owens, et si LuxeMode avait choisi de suivre le défilé de Lie Sang Bong dont vous aurez bientôt un retour, le nom qui courait sur toutes les lèvres ce matin était bien celui de Christian Dior. Mais LuxeMode, vous le savez, aime sortir des sentiers battus, et c'est dans un total-look noir (Balenciaga-Givenchy-Gucci) que je me suis rendu au défilé d'Atsuro Tayama de bon matin.

Le temps est lourd et gris ce matin lorsque j'arrive, comble du mauvais goût, en avance (à l'heure en fait, mais qui arrive à l'heure à un défilé??), dans les salons de L'Oréal, rue Royale. On m'installe au 2e rang. Pas si mal pour ce premier défilé de la semaine. Bon il y a deux rangs. Je suis donc au dernier rang. La salle se remplit de rédactrices mais pas de trace d'Anna W., de Carine R., ou de Suzy M. .

Des japonais arrivent en masse au défilé, ce qui me donne l'impression d'être dans un car de touristes, sauf que ces nippons là maîtrisent le style le plus pointu, dégainant sans vergogne du sac Chanel, de la compensée Balenciaga et de la robe Marni. J'observe. La salle est maintenant pleine, les lumières dansent, la musique commence, et le show débute (avec plus de 30 minutes de retard...).

Les silhouettes fines mettent en valeur des robes où se superposent des matières fines telles des pétales de fleurs aux couleurs pastel. L'origami s'est fait une place dans la mode depuis la saison dernière... Dans l'air du temps aussi, l'imprimé fleuri façon Laura Ashley se retrouve sur de légères robes aux formes amples. Du bleu nuit, du noir, des vestes ajustées, puis une série de robes fauves aux imprimés mêlant l'Afrique aux années 70... La femme Tayama passera l'été 2008 au bord de la piscine privée de son bungalow dans un écolodge en Namibie.

Bilan : un défilé sage, un créateur qui ne prend pas de risques... à la limite de l'ennui?

 

Frescobol Carioca

Frescobol Carioca

Frescobol Carioca