lutz

DEFILE LUTZ - PRINTEMPS ETE 2008

Publié le 2 octobre 2007, 15:03

Après avoir parcouru Paris à la recherche d'un fantastique numérique (merci Olivia), et récupéré une invitation pour le salon Tranoï qui ouvre ses portes le 4 octobre 2007, me voilà Place Vendôme à 13h40, devant le Ritz pour le défilé Lutz.

  • Sommaire

lutz



J'ai une bonne dizaine de minutes de retard, mais visiblement je suis toujours en avance. La prochaine fois j'arrive deux heures après, on verra ce qui se passe. Et puis non.

Je croise des connaissances de la blogosphère, comme Florence Müller auteur de la série documentaire Histoire du Look qui passe cette semaine sur Arte, avant de tomber sur Mlle Tania Bruna Rosso du Grand Journal de Canal Plus rencontrée il y a quelques mois lors d'une soirée à Marseille. Elle est présente sur ce défilé car la bande son est signée Cécile Togni, sa camarade Djette des Putafranges qui mixera pendant le show. Elle m'apprend qu'elles sont sur le point de partir à Tokyo pour le lancement de la ligne d'accessoires Lancel imaginée par Cécile.

Il est 14h00, nous attendons sous la pluie, mais mon look très sobre du jour (LittleBig-Boss-Gucci) est protégé par mon parapluie de la célèbre maison Piganiol, fournisseur de maisons comme Chanel et Louis Vuitton. Je finis tout de même par entrer, et je me retrouve dans ce salon où défilait jadis la Maison Versace pendant la Haute Couture. Nous voilà serrés sur des chaises Louis XVI à médaillon signées Starck, et Dieu merci, mes voisines et moi sommes du genre qui ne dépasse pas de sa chaise. L'assistance très rock semble se calmer, le show peut commencer.

Dès les premiers passages, on retient les matières or et argent présentes encore l'été prochain pour Lutz, qui les interprête sur d'amples robes courtes parfois gainées par des ceintures d'acier miroir. Miroir que l'on retrouve aussi en pendentifs, au bout de longues chaines. D'une manière générale les robes sont fluides, légères et transparentes, certaines sont rebrodées de perles ton sur ton, quand d'autres se parent de ruchés, plissés, et autres drapés antiques. On est surpris par l'élégance de la collection, notamment par ces pantalons de flanelle à coupe droite donnant à la silhouette une allure aristocratique, allure toutefois cassée par les vestes de smoking dézippées au milieu du dos.

Une robe trench, joliment travaillée nous rappelle que cet élément de la garde robe est parmi les pièces les plus réinterprêtées au cours des collections chaque saison, et il est surprenant de voir qu'une pièce puisse se réinventer à l'envi avec autant de facilité. Si les pastels seront la base de la garde robe de l'été 2008, on retrouve ici quelques touches de bleu et de rouge, façon coup de pinceau... Enfin, on s'interroge sur la présence de la mini jupe droite, déjà vue chez Yurkievich, serait-ce son grand retour?

Un show éclectique et rock à la fois, bien agencé, qui porte bien son nom : Siouxsie & Vivaldi!

 

MATCHESFASHION.COM FR

MATCHESFASHION.COM FR

MATCHESFASHION.COM FR