Baieta - Julia Sedefdjian

Baieta - Julia Sedefdjian

Publié le 29 octobre 2018, 18:10

Rue de Pontoise

  • Sommaire

Nous avions découvert Julia Sedefdjian aux Fables de La Fontaine où le Guide Michelin fit d'elle la plus jeune chef étoilée de France en 2016 à seulement 21 ans. C'est avec plaisir que nous la retrouvons chez elle, au restaurant Baieta, qui signifie petit bisou en patois niçois, sa table de la rue de Pontoise ouverte depuis le printemps 2018.

Baieta - Julia Sedefdjian



De prime abord, le lieu, en retrait du très chic Boulevard Saint Germain, interpelle. La décoration soignée, très sobre et pourtant élégante, pourrait contraster avec le jeune âge de la chef originaire de Nice. Sans lourdeur et avec une sélection de matériaux de qualité, la salle se dévoile face à la cuisine à demi ouverte qui permet de suivre le ballet de la brigade.

Baieta - Julia Sedefdjian



On s'attable, et on découvre la carte tandis qu'à l'heure du dîner en pleine semaine la salle s'emplit très vite. On vient de loin pour découvrir la cuisine de Julie Sedefdjian, mais on vient surtout en connaisseur. Ceux qui prennent place ce soir là sont tout à leur joie de faire découvrir l'adresse à ce cher ami venu de New York à grand renfort de compliments.

Baieta - Julia Sedefdjian



Entourée de Sébastien Jean-Joseph en second de cuisine et Grégory Anelka en directeur de salle, tous les deux connus aux Fables de la Fontaine, Julia crée une cuisine qui fait la part belle aux beaux produits du Sud-Est, les aubergines ou l’artichaut qu’elle tourne avec patience et agilité.

Baieta - Julia Sedefdjian



Dès les amuse-bouches, l’esprit Baieta est parfaitement défini. Une pissaladière, posée au centre de la table, sert de pain du partage dans lequel chacun pioche à l’envi, accompagnée d’un bouillon, décliné au fil des saisons, pour un réconfort immédiat. Les agapes peuvent débuter !

Baieta - Julia Sedefdjian



Le poisson tient à cœur à Julia, elle qui apprécie plus que tout la délicatesse que son travail exige. Elle repense un autre emblème de la cuisine provençale, la bouillabaisse - façon Bouillabaieta - appliquant son exigence technique au dressage et à la cuisson juste des poissons. Son fameux aïoli, revu avec un œil contemporain et des légumes de saison aura une place de choix. Mais Julia se permet aussi de voguer plus loin sur les flots : Le tartare de daurade au citron vert est assaisonné d’un lait de coco au homard et surmonté d’une évanescente émulsion de citronnelle.

Baieta - Julia Sedefdjian



Les viandards trouveront aussi largement leur compte avec le carpaccio de langue de bœuf aux câpres et à l’anchoïade. Le suprême de pintade est fumé façon Boucané antillais - Sébastien et Grégory étant tous deux martiniquais - avec chou farci, toast d’abatis et jus vinaigré. La carte offre aussi les suggestions du moment, avec poissons entiers ou grosses pièces de viande pour deux détaillées en salle.

Baieta - Julia Sedefdjian



Les desserts ne sont pas en reste puisque la chef a d’abord commencé sa carrière en pâtisserie. Sa tarte au citron revisitée ne ressemble à aucune autre avec son sablé au fenouil et son sorbet Pastis citron. Les amateurs de sensations cacaotées craqueront pour son Chocotube avec une ganache à la fève tonka, biscuit café et crème glacée au cacao.

Baieta - Julia Sedefdjian



La carte des vins a été pensée par Grégory. La cave en sous-sol peut accueillir une centaine de références. Toutes les régions de France y brillent et la carte se veut accessible, avec une première bouteille à 20€ et de belles références comme Le Monthelie Premier Cru des Comtes Lafon.

A découvrir sans attendre !!

restaurant-baieta-paris.fr

Crédits photos : Pierre Lucet Penato

 

Collector Square

Frescobol Carioca

NET-A-PORTER UK