On pourrait être au premier jour comme au dernier de notre séjour. Pourtant accoudé à la fenêtre du véhicule qui nous transporte d'un bout à l'autre de l'île, on laisse aller son regard, et on voyage...

Entre deux palmiers et un tamarin, le bleu profond de l'Océan Indien, le long de la route, les champs de canne à sucre jalonnent le paysage surplombé ici par Grand Gaube, là par le Morne, ou par le Pouce. Une végétation luxuriante, un air chaud, humide mais lourd du parfum des bougainvilliers et des frangipaniers aux couleurs vives.

Un temple tamoul aux milles couleurs apparaît soudain, vision aussi fugace que surprenante, avec son lot de divinités grimaçantes et joyeuses, puis c'est le clocher d'une église élisabéthaine qui laisse un instant penser que nous sommes au beau milieu de la campagne anglaise, ou ailleurs en Inde.

Maurice, malgré sa petite taille et la foule bigarrée de touristes venus du monde entier qui se croisent dès l'aéroport, ne se donne pas à tous. Les blasés pourront dire que l'île est dépassée, et qu'elle se mue peu à peu en nouvelle République Dominicaine. Ceux-là n'ont rien vu.

Si parfois apparaissent au détour de la route les chantiers d'un futur resort all-inclusive ou d'un énième projet immobilier grand luxe, ne nous y trompons pas. Maurice reste une destination exclusive où l'élégance est de mise, ne serait-ce qu'au moment du dîner où bermudas et t-shirts resteront au vestiaire.

Paradis des golfeurs et des amateurs d'un farniente rythmé de soins dans les spa les plus beaux du monde, Maurice s'offre à ceux qui savent la regarder avec des yeux sans cesse émerveillés. Promenade enchantée au jardin de Pamplemousse ou observation des étoiles de mers dans le lagon de Roche Noires, chaque moment est une rencontre...

Nous sommes ici pour découvrir une île bénie des dieux, où si le temps ne semble pas s'arrêter pour ceux qui y vivent, il a du moins le chic de ralentir, passés les portails des trois adresses exclusives que nous sommes allés découvrir pour vous.

Aucun résultat